Afghanistan : interview exclusive du chef d'Etat-Major de l'ISAF

Le général Olivier de Bavinchove, chef d'Etat-Major de l'Isaf, la force armée de l'OTAN en Afghanistan, nous expose, en exclusivité, sa vision de la situation dans ce pays.

Thomas Misrachi | Baptiste Besson
Le 30/03/2012 à 21:19
Mis à jour le 31/03/2012 à 1:12

Ce Français est le plus haut gradé de la force internationale d'assistance et de sécurité présente en Afghanistan, après le général américain John Allen.

Dans ce document BFMTV, le général Bavinchove constate que "l'armée afghane exerce déjà dans un certain nombre de zones la responsabilité du combat et la responsabilité des opérations". Il explique que, de son point de vue, "l'armée afghane sera prête bien avant 2014". Il concède néanmoins que cette armée a été construite "très vite". Maintenant qu'elle est "équipée, entraînée et préparée" il est temps pour les 180.000 qui la constituent, de passer "d'une approche quantitative à une approche qualitative".

En ce qui concerne le désengagement des troupes françaises engagées sur le terrain pour la fin 2012, Olivier de Bavinchove semble plus circonspect. Si ce retrait, déclare-t-il, participe avant tout d'une volonté politique, il reste "un vrai challenge, car les portes de sortie de l'Afghanistan sont étroites". Autre difficulté, la nécessité de "continuer de conserver une posture offensive dans un certain nombre de zones et d'endroits où nous estimons que la sécurité n'a pas atteint le niveau minimum pour pouvoir être transférée sous la responsabilité des forces afghanes", ajoute-t-il.

Toute l'actu International

La question du jour

Faut-il dissoudre la LDJ, Ligue de défense juive?