Affaire Pistorius : retour sur une audience-clé

L'audience d'Oscar Pistorius, inculpé pour le meurtre sa petite amie Reeva Steenkamp, a commencé mardi et doit se poursuivre mercredi. Le juge a retenu la préméditation, l'athlète continue, lui, de plaider l'accident. BFMTV.com fait le point sur l'enquête.

Magali Rangin
Le 19/02/2013 à 18:13
Mis à jour le 19/02/2013 à 18:16
  Oscar Pistorius lors de son audience le 19 février.  (AFP-Stéphane de Sakutin)

Effondré, Oscar Pistorius a livré au tribunal mardi, sa version de la nuit du 13 au 14 février, au cours de laquelle il a abattu sa petite amie, le mannequin Reeva Steenkamp. L'athlète sud-africain est inculpé depuis vendredi pour le meurtre de la jeune femme. Mardi matin, le juge a retenu la préméditation. BFMTV.com fait le point.

La version de Pistorius

Un cambrioleur dissimulé dans l'appartement. Depuis le début de l'affaire, jeudi dernier, Oscar Pistorius s'en tient à sa première version, celle d'un cambrioleur. Alors que le couple dormait, l'athlète se serait réveillé, dirigé vers le balcon pour fermer la porte coulissante et prendre un ventilateur. Il aurait alors entendu du bruit dans les toilettes. "J'ai ressenti une peur terrible", a-t-il expliqué, faisant valoir qu'il ne portait pas ses prothèses à ce moment-là. Selon lui, c'est parce qu'il pensait avoir à faire avec un intrus qu'il se serait saisi d'une arme -un 9mm qu'il "conservait sous son lit"- et aurait tiré à travers la porte des toilettes.

Pistorius dément toute préméditation. C'est à ce moment là qu'Oscar Pistorius aurait réalisé que Reeva Steenkamp n'était pas dans le lit et qu'elle pourrait se trouver dans les toilettes. Il aurait alors appelé à l'aide depuis le balcon, avant de défoncer la porte avec une batte de cricket. Le champion affirme que la jeune femme était encore vivante et qu'elle est morte dans ses bras. "Je n'avais pas l'intention de tuer ma petite amie Reeva Steenkamp", a-t-il assuré dans une déclaration lue par son avocat, affirmant qu'il n'y "avait rien de plus éloigné de la vérité qu'une préméditation de meurtre sur sa compagne".

"Elle m'avait offert un cadeau de Saint-Valentin" a confié Pistorius, "nous étions très amoureux".

La thèse de la préméditation

La préméditation retenue. Le parquet a retenu mardi le meurtre avec préméditation, rendant, très difficile la libération conditionnelle d'Oscar Pistorius.

Le procureur Gerrie Nel s'appuie sur la version suivante : Pistorius se serait levé de son lit, après avoir mis ses prothèses puis aurait saisi une arme et parcouru sept mètres jusqu'à la salle de bain. Là, le procureur affirme qu'Oscar Pistorius "a tiré quatre fois" à travers la porte et que "la victime a été touchée trois fois alors qu'elle était aux toilettes"."La porte des toilettes était fermée à clé" et "a été défoncée depuis l'extérieur", explique-t-il.

Pourquoi un cambrioleur se serait-il enfermé dans les toilettes ? La question que soulève Gerrie Nel est, pourquoi un cambrioleur se serait-il enfermé dans les toilettes ? Une interrogation suffisante pour mettre à mal la thèse d'Oscar Pistorius. Le magistrat a toutefois laissé entendre qu'il pourrait requalifier les charges qui pèsent sur l'athlète, une fois qu'il aurait entendu tous les témoignages.

Les éléments encore en suspens

Les enquêteurs examinent l'iPad de Reeva, qui traînait sur le sol, tout comme le téléphone de la jeune femme, à la recherche de preuves. Ils examinent les messages, qui auraient pu déclencher une dispute.

Les enquêteurs suivent aussi la piste des stéroïdes, que le sportif pourrait avoir absorbés et qui expliqueraient un comportement violent. Le fait que la batte de cricket aurait été ensanglantée a aussi été évoquée. Mais aucune de ces pistes n'a été confirmée.

La question du jour

Si cela était possible, seriez-vous prêt à habiter sur une autre planète?