En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Le Roi Abdallah Ben Abdel Aziz Al-Saoud
 

Le pieux Abdallah, qui s'était forgé une réputation de probité face à d'autres membres de la famille royale accusés de corruption, était "le roi le plus aimé en Arabie saoudite depuis Fayçal".

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

1 opinion
  • Colibrick
    Colibrick     

    [..] Quant à l’intervention militaire en cours contre l’État islamique, nous ne faisons que signaler que c’est l’Occident lui-même qui a permis l’émergence de cette force. En détruisant ou déstabilisant les États laïcs en Irak, Libye et Syrie, les États-Unis et leurs subordonnés européens ont ouvert un boulevard à des groupes djihadistes que les occidentaux utilisent sans aucune gêne quand ceux-ci servent ses intérêts géostratégiques (en Syrie aujourd’hui pour renverser le régime de Bashar al-Assad, en Afghanistan autrefois pour combattre l’URSS).
    L’Occident-après-moi-le-déluge ayant un lourd passif de pompier-pyromane, il n’est pas interdit de s’interroger sur l’origine des financements de l’EI. À propos, l’Arabie Saoudite, allié protégé des États-Unis, a procédé selon le magazine britannique The Economist à 22 décapitations pour le seul mois d’août dernier (79 au cours de l’année 2013). L’UPR s’insurge contre le deux poids deux mesures permanent pratiqué par la prétendue « communauté internationale » et ses médias.
    Quand les interventions militaires américaines causent des centaines de milliers de morts en Irak et en Afghanistan ou quand l’Arabie Saoudite décapite à tour de bras, ces victimes arabes disparaissent dans l’indifférence médiatique, leurs vies n’ayant manifestement pas la même valeur que celles des quelques malheureux occidentaux qui ont été assassinés récemment. Pour notre part, nous trouvons cette indignation sélective abjecte. Une vie est une vie, quelle que soit l’origine nationale ou la religion.
    On cherche à discréditer l’UPR, à intimider les Français qui s’intéressent à nos idées, alors que les partis et les médias installés soutiennent la dangereuse politique des pays de l’OTAN vis-à-vis de la Russie et du monde arabo-musulman. Qui ouvre la boîte de Pandore ? Qui représente la plus grande menace pour la paix dans le monde ? C’est parce que l’UPR considère que la France devrait se désolidariser de cet Occident-là – États-Unis, Union européenne, OTAN – qu’elle est autant attaquée (ou ignorée).
    Alors, où est « l’obsession du complot américain » dont parle l’article d’ASI ? Encore une fois, si nos analyses apparaissent erronées à quiconque, nous sommes toujours disposés à avoir un débat rationnel, y compris avec des obsédés de la soumission aux États-Unis…[..] 01/10/14 UPR

Votre réponse
Postez un commentaire