Bientôt des horodateurs fonctionnant par SMS ?

Paris devrait expérimenter prochainement le paiement du stationnement par SMS, déjà testé à Saint-Mandé (Val-de-Marne), s'est félicité l'UMP dans un communiqué mardi.

Gilbert Kallenborn | avec AFP
Le 14/11/2012 à 12:27
Mis à jour le 14/11/2012 à 13:10

Paris devrait expérimenter prochainement le paiement du stationnement par SMS, s'est félicité l'UMP dans un communiqué mardi 13 novembre 2012. Le conseil de Paris a approuvé à l'unanimité un vœu déposé par le groupe UMP proposant "que la Ville de Paris lance une expérimentation du paiement du stationnement par SMS dans un ou plusieurs arrondissements".

"Par l'envoi d'un SMS comprenant le numéro d'immatriculation du véhicule à un numéro de téléphone dédié, le montant du stationnement est alors débité sur la facture téléphonique. Dix minutes avant la fin de son temps de stationnement, l'automobiliste en est averti par le même biais et peut alors le prolonger", explique le groupe UMP.

Saint-Mandé et Mulhouse, précurseurs

Paiement par SMS à Mulhouse

Paris n’est pas la première commune à se laisser tenter par le paiement du stationnement par SMS. Ce service a déjà été mis en place en octobre dernier à Saint-Mandé (Val-de-Marne), en partenariat avec l’opérateur de stationnement Q-Park et l’intégrateur Cell2Park. Il a été également été inauguré en mars à Mulhouse. Dans ce cas, il s’agit d’une technologie signée SFR. Mais dans les deux, le service est disponible au travers des trois opérateurs principaux Orange, SFR et Bouygues. Free et les MVNO ne font pas, pour l’instant, partie de ces accords.

D’autres technologies de micropaiement sont testées en France pour le stationnement. La ville d’Issy-Les-Moulineaux s’appuie sur la technologie de Pay By Phone, où la transaction s'effectue au travers d’un site Web. A Strasbourg, c’est l’option du paiement à partir d’un smartphone compatible NFC qui est expérimentée depuis fin 2011.

>> Plus d'infos sur le numérique sur 01Net

Toute l'actu High-Tech

La question du jour

Etes-vous favorable à l'instauration d'un Smic jeune, inférieur au Smic?