Présidence de l'UMP: Les différences entre Fillon et Copé sur le programme économique

Officiellement, les deux hommes qui devraient s'affronter en novembre pour obtenir l'UMP ont un programme économique commun, celui du parti. Pourtant entre eux, il y a des divergences...

Yann Duvert
Le 07/09/2012 à 8:00
Mis à jour le 07/09/2012 à 9:05
François Fillon et Jean-François Copé se disputent la présidence de l'UMP. (ALAIN JOCARD / AFP)

Quoiqu’on en dise à l’UMP, la bataille pour la présidence est bien la première manche en vue de l’investiture à la présidentielle de 2017. Si 10 candidats sont en lice, le doute n’est pas permis quant au fait que l’élection se jouera entre Jean-François Copé et François Fillon. Pour le moment, les deux rivaux concentrent l’attention sur leurs alliés respectifs, qu’ils dégainent au compte-goutte. Et font valoir leurs qualités: l’expérience pour l’un, la proximité avec les militants pour l’autre.

Copé trop libéral ?

Pourtant, des différences apparaissent ou ressurgissent, notamment sur le plan économique. A l'UMP, on se borne à dire que ce n’est pas la question, qu’il sera bien temps d’en discuter lors de la primaire qu’organisera le parti pour désigner son candidat en 2017. Mais en privé, certains avouent que le libéralisme décomplexé a fait son temps. "Fillon est plus mesuré, plus régulateur, alors que Copé a une vision bien trop libérale de la société", confie un député UMP, supporter de François Fillon. "Il a su gérer le parti correctement durant son mandat, mais lorsqu’on l’entend continuellement faire l’éloge de la politique de David Cameron, par exemple, on se pose des questions. Car on ne peut pas dire que sa politique ultralibérale soit une franche réussite. François Fillon est le plus à même de trouver l’équilibre entre efficacité économique et justice sociale".

La volte-face de Fillon sur les 35 heures

Bruno Le Maire, le troisième homme

Le député de l’Eure est très apprécié au sein de l’UMP, notamment pour son esprit réformateur et son absence totale de complexe. Cet ancien ministre de l’Agriculture et des Affaires européennes, ancien villepiniste, possède une vision très libérale avec, comme cheval de bataille, la réforme en profondeur du droit du travail. Autre idée centrale: faire sauter les charges qui pèsent sur les entreprises au nom de la compétitivité. Candidat à la présidence du parti, il sait pertinemment qu’il ne sera pas élu, mais en profite pour faire entendre sa voix. On le retrouvera sans aucun doute à la primaire de l’UMP, en 2016.

Le sujet épineux des 35 heures n’échappe pas non plus au débat. Fin 2010, les deux hommes s’étaient d’ailleurs violemment accrochés à ce sujet. Fraîchement nommé à la tête du parti, Jean-François Copé voulait "ouvrir le débat" concernant une éventuelle suppression. Ce qu’avait moyennement apprécié le Premier ministre de l’époque, qui l’avait sèchement recadré: "Dans ce débat sur les 35 heures, il faut regarder les choses sans dogmatisme et sans excès".

Aujourd’hui, François Fillon ne semble plus trouver cela "excessif". Dans une interview au journal Le point du 23 août dernier, il déclare: "Je propose de donner la possibilité de négocier le temps de travail, entreprise par entreprise, dans la limite de la législation européenne", s’inscrivant donc dans le courant de pensée de…Jean-François Copé. Une volte-face qui a le don d’irriter les partisans du camp opposé: "Qu’il s’agisse du domaine politique ou économique, Fillon est un opportuniste, qui se démarque par une absence totale de conviction. Ce n’est pas ce qu’on attend d’un leader, amené à conduire l’opposition face à la Gauche", peste un pro Copé.

Dernier point sensible: l’Europe. Là aussi, les deux hommes ne se contredisent pas, mais n’ont pas forcément les mêmes projets pour l’avenir. Pour preuve, lors du traité de Maastricht, Jean-François Copé avait voté Oui, pendant que François Fillon optait pour le Non. On en saura sûrement un peu plus le 18 septembre, lorsque la campagne débutera officiellement.

Les dossiers de BFMTV

Sondage

Le rapport sur les taxis et VTC va-t-il mettre un terme au conflit?
La bourse en direct La bourse en direct
NASDAQ 100 3589.990.93%
Ouverture : 3609.825
Clôt veille : 3557.036
+ bas : 3552.927
+ haut : 3613.195

Les chroniques

Les coulisses de l'entreprise
Écoutez les tout de suite avant qu'on vous l'apprenne demain... Les coulisses des entreprises avec la rédaction du magazine Chalenges. Du lundi au vendredi à 6h35.
Les chroniques de Les coulisses des entreprises
Jean-Marc Daniel
7h40 : la chronique de Jean-Marc Daniel, professeur d'économie à l'ESCP Europe
Les chroniques de Jean-Marc Daniel