Déficit public: Gilles Carrez conteste la version du gouvernement

Les députés UMP de la Commission des finances de l'Assemblée ont présenté un rapport très pessimiste, mardi 25 juin. Selon leurs calculs, le déficit public pourrait atteindre 4%, au lieu des 3,7% prévus. Pierre Moscovici, de son côté, a dénoncé un "mensonge" de l'opposition.

Y. D.
Le 25/06/2013 à 8:41
Mis à jour le 25/06/2013 à 13:17
Gilles Carrez, le président UMP de la Commission des Finances de l"Assemblée. (Reuters)

Mis à jour à 13 heures.

Le déficit public pourrait-il atteindre 4%, au lieu des 3,7% prévus par le gouvernement? C'est en tout cas ce que semble croire Gilles Carrez, le président (UMP) de la Commission des finances à l'Assemblée nationale.

Le déficit de l'Etat devrait ainsi dépasser les 80 milliards d'euros en fin d'année, au lieu des 61,6 milliards prévus par la loi de finances, ont calculé les députés UMP et UDI dans un rapport présenté ce mardi 25 juin, et que BFMBusiness.com s'est procuré.

Gilles Carrez, dans une interview au Figaro, estime également que les moins-values fiscales atteindront environ 15 milliards d'euros, notamment du fait de recettes de TVA "particulièrement fragiles".

Pas de loi de finances rectificative

Interrogé sur le rapport en question, Pierre Moscovici n'a pas tardé à réagir.

"Je les trouve, ces députés de l'opposition, singulièrement gonflés", a déclaré le ministre de l'Economie et des Finances sur RTL.

"Là où il y a un énorme mensonge de la part de la droite, c'est sur le fait que contrairement à eux, nous tenons les dépenses" a-t-il ajouté. "La dépense de l'Etat a été maîtrisée en 2012, elle sera maîtrisée en 2013."    
     
Prié de dire si le gouvernement ferait des ajustements si les recettes sont moins élevées que prévu, il a répondu : "Nous ferons les ajustements nécessaires dans le cadre du PLF (projet de loi de finances NDLR) à la rentrée."

L'opposition réclame depuis plusieurs semaines une loi de finances rectificative, afin de faire face à d'éventuels dérapages budgétaires.

Des chiffres "exagérés" pour Christian Eckert

Christian Eckert, le successeur de Gilles Carrez au poste de rapporteur général du Budget, a également contesté les chiffres avancés par la droite.

"C'est évidemment bien exagéré", a fait valoir l'élu de Meurthe-et-Moselle. "Nous avons un certain nombre de recettes qui ne sont pas complètement assurées. En période de crise, il est normal que la TVA entre moins bien que cela a pu être le cas", mais "il n'y a pas d'impasse budgétaire".

"Il y a un déficit annoncé aujourd'hui autour de 67 - 68 milliards", a-t-il poursuivi, mais "nous sommes au milieu de l'année, on ne va pas faire les comptes de l'année".

"Nous ne laisserons pas la situation sociale s'aggraver sous prétexte de vouloir faire des performances que nos adversaires de droite n'ont jamais réussi à faire".

A LIRE AUSSI

>>Déficit: plus de 4% au lieu de 3,7% en 2013?

>> Eric Woerth: "plus il ya de dépenses publiques, plus il ya de chômage"

Les dossiers de BFMTV

Sondage

Achèteriez-vous une maison imprimée en 3D?
La bourse en direct La bourse en direct
CAC 40 4431.810.59%
Ouverture : 4413.36
Clôt veille : 4405.66
+ bas : 4392.06
+ haut : 4432.64

Les chroniques

Les coulisses de l'entreprise
Écoutez les tout de suite avant qu'on vous l'apprenne demain... Les coulisses des entreprises avec la rédaction du magazine Chalenges. Du lundi au vendredi à 6h35.
Les chroniques de Les coulisses des entreprises
Jean-Marc Daniel
7h40 : la chronique de Jean-Marc Daniel, professeur d'économie à l'ESCP Europe
Les chroniques de Jean-Marc Daniel