Le Livret A est-il encore intéressant ?

Le taux du Livret A est passé de 2,25% à 1,75% ce vendredi 1er février, rendant le produit moins attractif. Mais les épargnants n'ont pas réellement d'autres alternatives pour placer leur argent.

Diane Lacaze
Le 01/02/2013 à 15:36
Mis à jour le 01/02/2013 à 15:37
Le taux du Livret A est de 1,75% depuis ce 1er février (DR)

Coup dur pour les 61 millions de détenteurs du Livret A. Aujourd’hui, vendredi 1er février, le taux passe de 2,25% à 1,75%. Même si les épargnants l’ont échappé belle – le taux, indexé sur l’inflation, aurait dû être à 1,5% - le produit devient moins intéressant. Mais les épargnants doivent-ils donc placer leur argent ailleurs ?

> Les produits d’épargne réglementée

- Le Livret de développement durable (LDD) a un taux identique (1,75%) mais son plafond est moins élevé puisqu’il n’est que de 12 000 euros contre 22 950 euros pour le Livret A.

- Le Livret d’épargne populaire possède un taux intéressant de 2,25% mais ce produit est réservé aux contribuables non imposables ou ayant payé moins de 769 euros d'impôts en 2012

- Le Plan d’épargne logement (PEL) a un taux de 2,11% et un plafond de 61 200 euros. Néanmoins, il est soumis aux 15,5% prélèvements sociaux dès la première année. Au-delà de la 12ème année de détention, il est soumis au barème de l'impôt sur le revenu (IR) ou à un prélèvement libératoire forfaitaire de 24%. De plus, si un retrait est effectué dans les quatre premières années de détention, le PEL est clôturé et des pénalités sont appliquées.

> L'assurance-vie

Même si sa rémunération reste intéressante- d’après l’Afer, la rémunération moyenne des fonds en euros au titre de 2012 devrait passer largement au-dessus de la barre des 3%, à 3,45% - l’assurance-vie a une fiscalité contraignante. "Lorsque vous faites un retrait sur votre contrat, vous faites un choix. Soit vous optez pour la réintégration au barème, vous êtes donc soumis au droit commun de l’impôt sur le revenu. Soit vous optez pour le prélèvement forfaitaire libératoire qui est dégressif dans le temps : 35% entre 0 et 4 ans, 15% entre 4 ans et 8 ans et 7,5% au-delà de 8 ans", explique Marc Thomas-Marotel de Natixis Assurances.

> L'immobilier

Les prix de l'immobilier commencent à baisser. Au 3ème trimestre 2012, ceux des logements anciens ont augmenté de 1,2 % et ceux des logements neufs ont baissé de 1 %, selon l'Insee. Sur un an, les prix des logements sont en recul de 1,3 % (- 1,4 % pour le neuf et - 1,3 % pour l'ancien). De plus, les taux de crédits immobiliers baissent. Ils atteignent des niveaux historiquement bas (ils étaient à 3,23% en décembre).

Pourtant autant, acheter n’est pas toujours très rentable. Cela dépend de la localisation. Dans une étude du 29 janvier, Meilleurtaux note qu’à Paris, il faut minimum 21 ans pour rentabiliser l’achat de son logement.

Les dossiers de BFMTV

Sondage

Le programme de stabilité est-il à la hauteur?
La bourse en direct La bourse en direct
NASDAQ 100 3565.59-0.65%
Ouverture : 3587.649
Clôt veille : 3588.805
+ bas : 3560.452
+ haut : 3588.045

Les chroniques

Les coulisses de l'entreprise
Écoutez les tout de suite avant qu'on vous l'apprenne demain... Les coulisses des entreprises avec la rédaction du magazine Chalenges. Du lundi au vendredi à 6h35.
Les chroniques de Les coulisses des entreprises
Jean-Marc Daniel
7h40 : la chronique de Jean-Marc Daniel, professeur d'économie à l'ESCP Europe
Les chroniques de Jean-Marc Daniel