Déficit: pour l'UMP François Baroin, les 3% ne sont pas intangibles

A son tour, l'ancien ministre UMP de l'Economie et des Finances plaide pour un assouplissement du calendrier de réduction de notre déficit public, qui doit être ramené de 4,5% à 3% à la fin de l’année.

Audrey Dufour
Le 01/02/2013 à 15:23
Mis à jour le 01/02/2013 à 15:28
François Baroin ne croit pas dans un déficit public ramené à 3% d'ici la fin de l'année, et souhaite un nouveau calendrier. (Flickr/IMF)

Christine Lagarde, Michel Rocard et maintenant François Baroin. Les déclarations en faveur d’un assouplissement du calendrier de réduction de notre déficit public se multiplient.

Interrogé lors de l’émission Zemmour et Naulleau, diffusée ce vendredi 1er février sur la chaîne Paris Première, l’ancien ministre de l’Economie de Nicolas Sarkozy et François Fillon ne serait pas "choqué" par un déficit public à 3,5% en fin d’année contre les 3% actuellement défendus par le gouvernement. Le déficit était de 4,5% à la fin de l'année 2012. Le FMI a déjà évoqué ce report.

"On peut considérer qu'on a déjà fait beaucoup d'efforts et qu'être à 3,5% en fin d'année plutôt qu'à 3% ne me choquerait pas. Je pense que c'est quelque chose qui peut être acceptable pour l'économie", a-t-il expliqué.

"Prendre plus de temps"

Cette déclaration fait écho à celle de Michel Rocard, dimanche 27 janvier. L’ancien Premier ministre socialiste avait déclaré au JDD qu’il fallait "un nouveau calendrier pour les déficits". Vendredi 25 janvier, au forum économique de Davos, Christine Lagarde appelait déjà les partenaires européens à plus de croissance et moins d’austérité, pour "prendre collectivement un peu plus de temps".

La faisabilité du calendrier voulu par le gouvernement, avec un déficit public à 3% d’ici décembre, est de plus en plus remise en question. Un changement de cap pourrait intervenir après le 22 février, date de la présentation des perspectives de croissance européenne.

François Baroin prévient toutefois que l'assouplissement du calendrier ne doit pas être une initiative française: "La France ne doit pas le demander, probablement que l'initiative doit venir de l'Allemagne pour détendre un peu l'élastique."

Les dossiers de BFMTV

Sondage

Le rapport sur les taxis et VTC va-t-il mettre un terme au conflit?
La bourse en direct La bourse en direct
NASDAQ 100 3589.920.92%
Ouverture : 3609.825
Clôt veille : 3557.036
+ bas : 3552.927
+ haut : 3613.195

Les chroniques

Les coulisses de l'entreprise
Écoutez les tout de suite avant qu'on vous l'apprenne demain... Les coulisses des entreprises avec la rédaction du magazine Chalenges. Du lundi au vendredi à 6h35.
Les chroniques de Les coulisses des entreprises
Jean-Marc Daniel
7h40 : la chronique de Jean-Marc Daniel, professeur d'économie à l'ESCP Europe
Les chroniques de Jean-Marc Daniel