All Nippon Airways annule 335 vols à cause du Dreamliner

La compagnie aérienne japonaise est le premier client du nouvel appareil de Boeing. Un de ses avions a été victime d'un incident mercredi.

AFP | Reuters
Le 21/01/2013 à 8:26
La moitié des 50 Dreamliner déjà livrés ont été vendus au Japon (Boeing)

BOEING COMPANY

La compagnie japonaise All Nippon Airways (ANA) a annoncé lundi 21 janvier l'annulation d'un total de 335 vols (dont 43 internationaux) entre le 16 et le 27 janvier, étant privée de ses 17 Boeing 787 Dreamliner qui n'ont plus le droit de décoller en attendant que leur sûreté soit garantie.

Ces suppressions de liaisons affecteront au total près de 48 000 passagers, selon ANA, compagnie dont un Boeing 787 a rencontré mercredi 16 janvier un grave problème provenant d'une batterie, incident qui l'a obligé à atterrir en urgence sur un aéroport du sud du Japon.

Cette avarie, la deuxième de cette nature en moins de deux semaines, a conduit les autorités américaines, japonaises et d'autres pays à suspendre l'exploitation des 50 Boeing 787 livrés dans le monde dont 17 à ANA et 7 à sa compatriote Japan Airlines (JAL) qui, dans une moindre mesure, a aussi dû renoncer à des vols.

Les annulations d'ANA touchent essentiellement des lignes intérieures, mais aussi trois routes internationales (Tokyo-San Jose, Tokyo-Pékin, Tokyo-Seattle).

Pour la période à venir de lundi 21 à dimanche 27 janvier sont concernés 149 vols intérieurs et 22 internationaux.

ANA premier client du Dreamliner

ANA, qui fut la compagnie de lancement du 787 dont elle a reçu le premier exemplaire fin 2011, est celle qui en possède le plus à l'heure actuelle. Elle est contrainte à des annulations, faute de disposer de suffisamment d'appareils de remplacement.

Le manque à gagner risque de se répercuter sur ses résultats financiers et sa stratégie centrée autour de l'exploitation extensive de ce nouvel avion, d'autant que Boeing en a aussi suspendu la livraison jusqu'à ce que soit élucidé le problème de batterie. ANA a commandé 66 Boeing 787.

Les autorités japonaises et américaines ont commencé samedi d'analyser le contenu de la boîte noire de l'exemplaire qui a été forcé d'atterrir d'urgence la semaine dernière à Takamatsu (sud).

Cet enregistreur de bord doit permettre de reconstituer le fil des événements techniques survenus lors de ce vol.

Les enquêteurs ont constaté vendredi, en l'ouvrant, que sa batterie de type lithium-ion était totalement déformée, noircie comme si elle avait carbonisé et a perdu l'électrolyte liquide qu'elle contenait, selon la photo diffusée vendredi par les autorités. Toutefois, la raison de cet incident demeure encore inconnue, notamment le fait de savoir si le problème provient de la batterie elle-même (fabriquée par la société nippone GS Yuasa), du système électrique qui l'intègre (conçu par le groupe français Thales) ou d'une autre origine.

Le ministère japonais des transports va enquêter sur GS Yuasa conjointement avec l'autorité de l'aviation civile américaine (FAA), a indiqué lundi le ministère. Le Bureau national de sécurité des transports (NTSB) américain a annoncé dimanche avoir écarté la thèse d'une surtension à l'origine de deux incendies de batteries à bord de 787 à Boston et Takamatsu, dans l'ouest du Japon.

Sondage

Faut-il ouvrir la vente de médicaments à la concurrence?
La bourse en direct La bourse en direct
CAC 40 %
Ouverture :
Clôt veille :
+ bas :
+ haut :

Les chroniques

Les coulisses de l'entreprise
Écoutez les tout de suite avant qu'on vous l'apprenne demain... Les coulisses des entreprises avec la rédaction du magazine Chalenges. Du lundi au vendredi à 6h35.
Les chroniques de Les coulisses des entreprises
Jean-Marc Daniel
7h40 : la chronique de Jean-Marc Daniel, professeur d'économie à l'ESCP Europe
Les chroniques de Jean-Marc Daniel