Visage de "l'Origine du monde" : "un non-sens"

Un expert affirmait avoir découvert le visage du modèle qui avait laissé peindre ses parties les plus intimes. Mais d'autres spécialistes n'ont pas accueilli la nouvelle avec autant d'enthousiasme.

M. T. avec AFP
Le 07/02/2013 à 20:57
Les deux tableaux qui représenteraient une seule et même femme. (Paris Match)

Son sexe est sans doute le plus connu du monde, mais son visage restait un mystère. Mercredi, un expert clamait avoir identifié les traits et l'identité du modèle du tableau "L'Origine du monde", de Gustave Courbet. Mais l'hypothèse a été accueillie avec beaucoup de scepticisme par plusieurs spécialistes.

Après deux années de recherches, d’expertises et d’analyses, Jean-Jacques Fernier avançait ainsi, jeudi dans Paris Match, que le tableau représentant le bas-ventre d'une femme couchée dans une pause lascive avait été découpé d'un nu plus large.


(ArcadiuAj - Flickr - CC)

"Un non-sens", a aussitôt affirmé un autre spécialiste, pour qui "ce qui fait la force et l'inventivité du tableau, c'est justement d'avoir été conçu comme ça", pleins feux sur le sexe de la femme inconnue.

"Une femme sans tête ni jambes"

Pour Hubert Duchemin, expert en tableaux à Paris, c'est moins le sens de l'oeuvre que le trait qui ne colle pas dans l'hypothèse de Fernier. "Les deux tableaux ne viennent pas du même pinceau", affirme-t-il. Il ne trouve pas dans le visage de femme peint qui serait celui du modèle "la sauvagerie, le travail avec des brosses larges" de Courbet.

"Il y a chez Courbet une sauvagerie, un travail avec des brosses larges. Ici le visage de la femme est réalisé de façon plus fine, plus méticuleuse, plus académique. C'est un travail de belle qualité, contemporain de Courbet mais ce n'est pas un Courbet", insiste encore Hubert Duchemin.

Une autre spécialiste, qui ne reconnaît pas non plus "la touche de Courbet dans ce visage", ajoute que ce n'était pas dans la pratique du peintre de couper des tableaux contrairement à Manet.
    
"C'est un non sens d'imaginer un visage associé à 'L'Origine du monde'. Ce qui fait la force, l'inventivité de ce tableau, c'est d'avoir été conçu comme ça", selon cette spécialiste.

Quant à la conservatrice du musée Courbet, Frédérique Thomas-Morin, elle affirme de son côté que "personne n'a jamais parlé d'un autre tableau". "L'Origine du monde a toujours été décrite par les critiques de l'époque de Courbet comme une femme sans tête ni jambes", a-t-elle rétorqué. A l'heure actuelle, il n'est donc toujours pas sûr que l'origine du modèle ait été trouvé.

La question du jour

Série de crashs aériens: avez-vous plus peur de l'avion?