Sipa au bord du gouffre : audience le 6 décembre au tribunal de commerce

Le groupe français Sipa et plusieurs de ses entités, dont la nouvelle agence de presse Sipa News, sont au bord de l'asphyxie financière.

V. G. avec AFP
Le 23/11/2012 à 18:39
Mis à jour le 23/11/2012 à 18:41
Sipa Press, une des filliales du groupe français Sipa. (Capture d'écran)

"Sipa vrai, Sipa croyable, mais Sipanews c'est presque fini et Sipa agréable du tout". C'est le tweet en forme de signal de détresse envoyé par un des journalistes de la toute nouvelle agence de presse Sipa News, vendredi en début d'après-midi.

Abandonné par sa maison-mère, l'agence allemande Dapd qui lutte elle-même pour sa survie, le groupe Sipa est en proie à de grandes difficultés financières. Une situation risquant de tuer dans l'oeuf la nouvelle filiale Sipa News qui avait commencé à émettre il y a un mois seulement, avec l'ambition de concurrencer l'Agence France Presse (AFP).

Sipa devrait donc remettre son sort le 6 décembre prochain entre les mains du tribunal de commerce de Paris. Il sera alors décidé si un administrateur judiciaire sera nommé pour examiner la viabilité financière du groupe.

Sipa News et FLS ltd dans le viseur

Sipa News et FLS ltd - l'entité qui assure le paiement des anciens employés du service français de l'agence américaine Associated Press (AP) repris par Sipa cet été - sont particulièrement visées.

"Aujourd'hui, nous avons une rédaction de 60 personnes et quasiment pas de chiffre d'affaires en face", résumait, fataliste, une source proche de la direction.

Au total, le groupe Sipa coiffe quatre principales entités. Si Sipa News et FLS ltd semble dans une situation très compliquée, Sipa Médias, qui est bénéficiaire, ne devrait pas être concerné. Quant à Sipa Press, elle dégage un chiffre d'affaires de quelque neuf millions d'euros et ne serait que légèrement déficitaire.

Les salariés appellent Arnaud Montebourg et Michel Sapin à la rescousse

Mais du côté de Sipa News, l'inquiétude monte. D'anciens salariés d'AP France comptent d'ailleurs "alerter les cabinets du ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg et du ministre du travail Michel Sapin sur la situation et sur la responsabilité sociale d'AP, qui avait publiquement garanti auprès de la Direction générale du travail que ce projet assurait la pérennité de l'ensemble des emplois".

Inquiets mais pas désespérés, les syndicats au sein de Sipa News ont tout de même tenu à démentir les informations circulant sur les réseaux sociaux, selon lesquelles la rédaction serait "fermée définitivement le 6 décembre".

La question du jour

Si cela était possible, seriez-vous prêt à habiter sur une autre planète?

Les bons plans avec iGraal

Code promo Pixmania
La culture enfin accessible pour tous
Code promo Amazon
CD, DVD, blu-ray, livres et jeux video
Code promo Priceminister
Cap sur les bons plans culturels
Code promo Micromania
Tout l'univers des jeux vidéo