Pénis en cuillère et autres excentricités du sexe animal

DIAPORAMA - L'exposition "Bêtes de sexe" propose jusqu'au 25 août, au Palais de la découverte, de découvrir toute la diversité sexuelle qui existe dans la nature.

Olivier Laffargue
Le 23/10/2012 à 17:23
Mis à jour le 07/12/2012 à 18:31
On connaît bien la réputation du lapin, aussi accro à la chose que rapide à l’exécuter. Bêtes de sexe propose un panorama sans tabou et bien plus surprenant.  (Sexual nature - London's Natural History Museum) L'exposition se vaut aussi divertissante que documentée. Conçue par le Natural History Museum de Londres, elle n'a rien de fantaisiste et est accessibles aux enfants à partir de 10 ans. (Sexual nature - London's Natural History Museum) Les cas étudiés peuvent remonter jusqu'à très loin dans l'histoire de l'évolution. (Sexual nature - London's Natural History Museum) Certains oiseaux obtiennent la palme de la fidélité. L'albatros ne se reproduit que tous les deux ans, et retrouve son âme sœur toujours au même endroit. (Sexual nature - London's Natural History Museum) Ludique, l'exposition propose un certain nombre de films décrivant les mœurs animales et des courts-métrages de "green porno". (Sexual nature - London's Natural History Museum) Les renards sont très soucieux de l'accomplissement de leur acte. Ainsi, ils restent collés quelques temps pour s'assurer de la fécondation. Sait-on jamais. (Sexual nature - London's Natural History Museum) La promenade permet également de lever certains vieilles interrogations restées sans réponse. Comment font donc les hérissons pour accomplir leur tâche malgré leurs épines ? (Sexual nature - London's Natural History Museum) La sexualité humaine est, elle aussi, abordée. Ne sommes-nous pas nous aussi des animaux ? (Sexual nature - London's Natural History Museum) Le rôle de la sexualité dans nos vies et l'importance des jeux de séduction sont évoqués en fin de parcours. Les humains peuvent partager leurs pratiques de séduction à travers un "mur" interactif. (Sexual nature - London's Natural History Museum) Drague, masturbation, échangisme, fellation, homosexualité et même changement de sexe : il n'y a aucun tabou dans le monde animal. (Sexual nature - London's Natural History Museum)

Que connaissons-nous de la sexualité animale ? Certes, nous savons que les lapins sont prompts à l'affaire et nous avons déjà eu l'indiscrétion de surprendre quelque ébat canin. La longueur du pénis du cheval en a sûrement étonné plus d'un. Et bien il se trouve que cette connaissance est bien faible.

La nature réserve en effet de nombreuses surprises à celui qui se pique de curiosité pour la sexualité animale. L'exposition "Bêtes de sexe", au Palais de la découverte jusqu'au 25 août 2013, se propose de satisfaire cette soif de savoir.

Pénis tournants

L'évolution a bien fait des choses. Après un milliard d'années de parties fines, les pratiques animales ont atteint un certain niveau de sophistication. En attendant la visite, voici de quoi donner matière à réfléchir :

• l'extrémité du pénis du bélier tourne pour mieux projeter le sperme dans le col de l'utérus ;

• la punaise mâle perfore au hasard sa dulcinée et injecte le sperme dans son sang. D'autres mâles sont parfois victimes de ses assauts imprécis ;

• certaines libellules ont un pénis en forme de cuillère pour nettoyer l'orifice génital de sa partenaire des passages de ses congénères ;

• le sperme du hérisson mâle forme un bouchon, ce qui empêche tout nouveau venu de le doubler ;

• 20% des mouettes sont homosexuelles. D'ailleurs, 450 espèces ont des comportements homosexuels ;

• le poisson-clown a la capacité de changer de sexe ;

• le phasme de Floride aime les prolongations : il reste collé à sa partenaire pendant cinq mois ;

• les escargots s'enfoncent de petits piques dans le corps.

La question du jour

Fruits et légumes: êtes-vous prêt à payer plus cher pour avoir plus de goût?