Depardieu tance les Pussy Riot et loue Poutine

Entre les Pussy Riot et Vladimir Poutine, Gérard Depardieu a choisi. L'acteur soutient le Kremlin

H.F. avec AFP
Le 13/01/2013 à 14:37
Depardieu critique l'opposition russe et fait l'éloge de Poutine (BFMTV)

Depardieu commencera à tourner le film sur DSK en janvier


Hervé Témime, avocat de Depardieu : "Qu'on lui foute la paix"


7 Jours BFM : Depardieu la dérive


"Quand je dis ça en France, on me prend pour un idiot". Dimanche dans une émission télé, Gérard Depardieu, qui possède depuis peu un passeport russe, a critiqué  l'opposition en Russie et défendu la position du Kremlin vis-à-vis des jeunes femmes incarcérées du groupe de rock Pussy Riot.
    
"L'opposition russe n'a pas de programme, rien, il y a des gens intelligents comme Kasparov (ancien champion du monde d'échecs passé à l'opposition), mais c'est bien pour les échecs et c'est tout", a d'abord expliqué Gérard Depardieu dans des propos traduits en russe et cités par l'agence Interfax, dans cette émission diffusée en Extrême-Orient.
    
"Mais la politique, c'est bien plus difficile", a-t-il ensuite fustigé.

L'acteur salue la culture russe

Il a estimé que les Français aimaient bien critiquer, citant l'exemple du groupe russe Pussy Riot, dont deux membres ont été condamnées à deux ans et demi de camp pour avoir chanté une prière anti-Poutine dans une cathédrale à Moscou. "Imaginez si ces filles étaient allées par exemple dans une mosquée. Elles n'en seraient pas sorties vivantes. Même dans le monde catholique cela aurait été terrible. Mais quand je dis ça en France, on me prend pour un idiot", a-t-il dit.

L'acteur a par ailleurs salué la culture russe, évoquant le danseur Rudolf Noureev, ou encore le chef d'orchestre Valeri Guerguiev.
  
Gérard Depardieu, 64 ans, a obtenu début janvier la nationalité russe, sur décision de Vladimir Poutine, après avoir annoncé son intention de quitter la France et rendre son passeport français pour échapper à des impôts qu'il juge trop lourd.
    
Peu après, l'acteur s'était félicité du geste de Vladimir Poutine dans une lettre aux médias russes où il exprimait son amour pour la Russie, une "grande démocratie" selon lui, et pour le président russe.

La question du jour

Faut-il dissoudre la LDJ, Ligue de défense juive?