En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
La chanteuse Zaz aux Victoires de la musique, en février 2014.
 

Elle avait parlé de la "légèreté" pendant l'occupation. La chanteuse Zaz a réagi sur son compte Facebook à la polémique suscitée par ses propos prononcés à l'occasion de la sortie de son album Paris. Elle évoque une maladresse.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

15 opinions
  • bdc75
    bdc75     

    Ce nationalisme exacerbé de la part d'une partie des Français est en train de nous faire régresser vitesse grand V et de notre rendre idiots. Comme disait De Gaulle le patriotisme c'est aimer son pays, le nationalisme c'est haïr celui des autres. ATTENTION !!! On en fait trop de nos jours. Beaucoup de gens confondent aimer son pays et dégoulinante nationaliste. On peut respecter son drapeau, son hymne, sans pour cela faire semblant d'avoir la larme a l’œil ou avoir une érection. Lâchez le un peu notre drapeau, lâchez la un peu notre Marseillaise. C'est ca aussi respecter et aimer son pays. Trop c'est trop ! Et trop ca devient malsain au bout d'un moment!

  • ALEX-BENOIT B.
    ALEX-BENOIT B.     

    Elle a raison. Quelques semaines apres l'arrivée des allemands, les cabarets toutrnaient plein pot, les acteurs s'accomodaient fort bien de l'occupation et des hommes et des femmes du monde du spectacle (par exemple Sacha Guitry ou Arletty) se virent reprocher une attitude de collaboration parce qu’ils avaient, pendant l’Occupation, entretenu des relations pour le moins cordiales avec l’occupant. De fait, si nombre d’artistes (comme Ray Ventura) avaient émigré à cette époque, un certain nombre d’autres ont — pour reprendre l’expression de Guitry — continué à exercer leur métier. Il n’en reste pas moins que plus d’une personnalité des arts et des spectacles ne manifesta aucun état d’âme particulier à s’afficher régulièrement aux côtés des Allemands, et que ceux-ci furent largement mêlés pendant quatre ans à la vie d’un Tout-Paris pas toujours regardant. La boutade prêtée à la comédienne Arletty est restée célèbre : « Mon cœur est à la France, mais mon cul est international ».

    bdc75
    bdc75      (réponse à ALEX-BENOIT B.)

    Le soucis 1er des gens de l'époque etait d'abord de manger. C'est ce que me répétait mon grand père.
    La vie continuait comme elle le pouvait. Et heureusement que certains saltimbanques ont continué a faire leur métier coûte que coûte. La vie continuait malgré tout ! Logique non ?

  • Kmisol
    Kmisol     

    quelque part elle n'a pas tout a fait tort car même si je ne l'ai pas connu, beaucoup le dise enfin ceux qui sont honnêtes, n'oublions pas que la moitié de la France s'est enrichi sur le dos de l'autre moitié

  • mariedeux
    mariedeux      

    Lorsqu'on est profondemet ignorant comme Zaz sur des faits historques on devrait se garder une petite gëne avant de dire des betises, Quelle insulte à la mémoire de ceux qui on périt en ces temps sombres...

    pierrot14
    pierrot14      (réponse à mariedeux )

    Le seul moyen de l'époque était la radio, qui, par certaines chansons, divertissait la population, pas comme maintenant où la révolte est souvent présente tous médias confondus.
    La légèreté était dans le spectacle, pas dans la vie quotidienne sous l'occupation !!!!

  • mariedeux
    mariedeux      

    Lorsqu'on est profondemet ignorant comme Zaz sur des faits historques on devrait se garder une petite gëne avant de dire des betises, Quelle insulte à la mémoire de ceux qui on périt en ces temps sombres...

  • Runner
    Runner     

    Elle a du mal a retomber sur ses pattes. Qu'elle chante, c'est tout ce qu'on lui demande...

  • vestale
    vestale     

    Mais oui, on avait compris..pas la peine d'en faire un fromage! sauf peut-être les tatillons toujours prêts à voir le mal partout et à remettre hitler, les collabos etc etc..dés qu'on parle de cette période de l'histoire , pourquoi faire un article sur ses paroles, qui d'ailleurs n'intéressent personne! D'ailleurs c'est qui Zaz?

  • DADOURUN
    DADOURUN     

    désolé pour ceux qui se l' ont coulé douce pendant la "guerre" ... et il y en a eu; la preuve, c' est qu' il a fallu faire appel aux sénégalais, aux arabes, aux pieds noirs pour débarquer... allez les bobos parigots, arrêtez de jouer aux vierges effarouchées et aux donneurs de leçons (ce denier point étant chroniquement récurrent chez vous, surtout les journaleux !!)

  • auditeur
    auditeur     

    Il reste encore des survivants de cette époque alors svp un peu de décence : Non, il n'y avait pas de légèreté à cette triste période de l'Occupation. Que Zaz se contente de parler de ce qu'elle a vécu.

    Il n'y a pas de légèreté quand on n'a rien à manger, il n'y a alors de légèreté que dans l'estomac !

    vestale
    vestale      (réponse à auditeur)

    Il n'y a pas eu de légèreté pour la plupart des Français, il y en a eu pour pas mal d'autres!

    pierrot14
    pierrot14      (réponse à auditeur)

    Je ne vois pas quelle indécence dans ses propos.En revanche, vous avez de l'intolérance envers les artistes de l'époque ....

  • alamshaar
    alamshaar     

    Philippe Bilger, Benjamin Biolay... tout ce qu'on aime quoi ! ^^

    Je reviens, je vais vormir...

Lire la suite des opinions (15)

Votre réponse
Postez un commentaire