En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Le film d'horreur "Annabelle" n'est plus diffusé dans certaines salles de cinéma de France après des débordements lors des projections.
 

Le film d'horreur "Annabelle", en plus d'avoir réalisé un surprenant très bon début au box-office, a défrayé la chronique après que plusieurs débordements, entre adolescents, ont éclaté pendant sa projection. Des directeurs de cinéma témoignent.

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

3 opinions
  • 156156
    156156     

    cela en dit long sur la société d'aujourd'hui les monstres ne sont pas du bon coté de la toile

  • Boz Ramboz
    Boz Ramboz     

    En même temps on sème ce qu'on récolte, première étape d'éducation (à croire que c'est un remède miracle, on a beau le répéter que l'éducation ne fera jamais d'un sauvage dans l’âme un gentleman) ralentir un peu avec les oeuvres ultra violentes et surtout les interdire aux plus jeunes, c'est ceux qui diffusent et même ceux qui créent ce genre d'absurdités qui manquent en premier d'éducation. A force de la abrutir avec des films toujours plus violents, flippants (à leurs yeux) sanglants, gores, obscènes, vulgaires et cie faut pas bêtement et naïvement s'étonner que ça ait un effet pervers sur une partie de la jeunesse. En érige ça en art en divertissement banal, si le gore et la violence étaient à titre pédagogique, d'accord, là les gamins déjà qu'ils ont pas grand chose de sérieux à quoi se référer on leur bourre le crane avec tout ce qu'il faut pour qu'à la fin ils finissent par reproduire ce qu'ils voient car ce sont leurs principales références à force.

  • BLACKJAK
    BLACKJAK     

    Je crois que cela n'a rien à voir avec le film mais plutôt à l’absence de valeur tant d'éducation que du respect pour le travail des autres ou de leurs biens. Ceux ne sont ni plus ni moins que des délinquants bien souvant drogué et/ou alcoolisé cherchant à en découdre là ou ailleurs afin de répondre à leurs besoins de violences qui les relèguent progressivement à une logique de prédateurs, de déculturation et de déshumanisation autant vis à vis d'eux-même que de leurs victimes. C'est un constat que je trouve affligeant tant sur le fond que sur la forme et qui est à la fois la conséquence du délitement de la France et de ses institutions que la cause d'une délinquance de plus en plus jeune, de plus en plus violente, de plus en plus récidiviste et de plus en plus sans limites, capable aussi bien de violer dans un métro bondé que d'arracher votre collier dans la rue, voir se ruer en groupe de 10 sur vous pour "un mauvais regard " ou une cigarette refusé...

    Face à ce constat il n'existe que 2 réponses complémentaire possibles et indispensables selon moi. La première est l'éducation vis à vis des valeurs françaises et de celles permettant le vivre ensemble, quitte à utiliser l'assimilation forcé ou carrément à exclure celles et ceux qui ne se plient pas aux règles de notre pays (y comprit via la déchéance de nationalité). La seconde est l’aspect de la sanction qui doit permettre d'écarter les jeunes de la société et de les "rééduquer" avant de les remettre "en circulation". Cet aspect est fondamentale pour éviter la récidive ainsi que le sentiment d'impunité généralisé.

    Pour finir vis à vis du film je l'ai pour ma part trouver très bon mais à ne pas voir seul dans le noir. :)

Votre réponse
Postez un commentaire