En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Photo d'un enfant syrien mort sur une plage: pourquoi ne fait-elle pas la une de la presse française

Un officier de police turc devant le corps d'Aylan Kurdi, petit réfugié syrien retrouvé mort sur une plage de Bodrum, au sud de la Turquie, le 2 septembre 2015, après le naufrage d'une embarcation.
 

L'image terrible d'un petit garçon, Aylan Kurdi, réfugié syrien mort sur une plage de Turquie, fait la une ce jeudi matin de la presse européenne. En France, aucun quotidien ne l'a reprise en une. Explications.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

22 opinions
  • Benus
    Benus     

    A mon avis, c’est une piètre excuse de la part de ce rédacteur pour justifier, encore une fois, un article à propos de la crise actuelle des réfugiés syriens. Pour mettre les choses au clair, je crois que la crise migratoire est un problème d’une importance capitale pour la France. Pourtant, je crois simplement inutile de faire passer les journalistes français pour des boucs émissaires, comme l’a fait le rédacteur ci-dessus.

    D’abord, je suis d’accord avec Monsieur Hufnagel (cité ci-dessus par le rédacteur). D’une manière générale, on ne pouvait guère accuser la presse française de ne pas bien faire son travail au sujet des migrants. Bien au contraire, on peut lire de nombreux articles concernant les réfugiés, et de ce fait, je serai surpris si cela ne jouait pas un rôle décisif dans la prochaine élection française.

    En outre, comme a dit « Heybaal » et plusieurs autres commentateurs ci-dessous, je crois qu’il est bien d’être peu disposé à faire de la propagande avec une photo terrifiante d’un jeune garçon de 3 ans. Franchement, je trouve ça immorale ainsi que de mauvais goût.

    Enfin, dans un tel contexte sensible, il ne faut surtout pas oublier la famille de l’enfant. Bien que ça soit une image très puissante qui pourrait facilement faire vendre des milliards de quotidiens, je me demande si tous les journalistes britanniques, allemands, belges et de suite, dont le rédacteur a fait mention, y ont même pensé du tout. Et même si cette idée leur était venue à l’esprit, dans l'intérêt de leurs portefeuilles, ils ont décidé de publier les photos quand même.

    Il ne fait aucun doute qu’un journal qui fait la une avec cette photo aurait pu à la fois bouleverser le monde et gagner beaucoup d’argent. La question ne se pose pas. La bonne question est la suivante : vaut-il vraiment la peine de polémiquer sur la douleur inimaginable d’un homme essayant d’accepter la mort de sa femme et de ses deux enfants ?

  • sidem1
    sidem1     

    Pas évident du tout on nous montre ce que l'on veut voir mais la réalité CA FAIT PEUR
    De près de loin aujourd'hui demain on est tous concerné par cette société qui part en live

  • Mark à Irvine
    Mark à Irvine     

    Ceci ne fait pas la une de la presse américaine non plus ...

  • HeyBaal
    HeyBaal     

    Je comprends pas la logique.
    Des gamins qui meurent il y en a des milliers par an.
    Des dizaines rien qu'en France.
    On pourrait tous les prendre en photo pour faire de la propagande.
    Interdisons les voitures, un gamin s'est fait écrasé.
    Interdisons les piscines, un gamin s'est noyé.
    Mais on ne le fait pas.
    Alors pourquoi certains le font ici ?
    Qu'est ce qu'il a ce gamin que n'ont pas les autres morts ?

  • MANENTIAL
    MANENTIAL      

    Parce-que la noyade d'un gosse d'immigrants, n'es rien en comparaison d'une manifestation de patrons de la FNSEA pour la couverture de la presse de caste patronale .
    Vous ne pensé pas, cela diminue l'impact
    Vous avez le patronats qui bloque celui qui en juin signer avec le gouvernement la fin du prix minimum du lait, qui veut rétablir.
    Ils bloquent, mais la dans les médias de CASTE, pas de "ILS PRENNENT EN OTAGES"
    Ben non c'est pas des salariés, c'est le patronat

  • krisslucis
    krisslucis     

    Pas de bateaux.....

  • krisslucis
    krisslucis     

    On peut qu' être triste devant la mort d'un enfant . Pas de b pas de noyes : la Turquie continue sont drôle de jeu !

    HeyBaal
    HeyBaal      (réponse à krisslucis)

    Les bateaux chavirent aussi au large des côtes françaises.

  • Greg le millionnaire
    Greg le millionnaire      

    Portuguais anglais italien grec peuvent reste chui pas comme sa

  • norton_13
    norton_13     

    Désolé mais la décision criminelle des parents d'embarquer leurs enfants dans une telle traversée rend complice tous les médias et politiciens qui laissent espérer un accueil. Personnellement je ne me sens coupable de rien.

    Emilie2a
    Emilie2a      (réponse à norton_13)

    Je suis d'accord

  • Résistance occitane
    Résistance occitane     

    Le poids des photos ou la manipulation par l'image...
    En plus on donne un nom une histoire ........Mais est ce vrai...
    L'année derniére un enfant rebelle en Syrie prés d'un mortier et l'enfant tenait un obus....Malheureusement la munition n'était absolument pas compatible avec le mortier....
    Que l'on montre de vrais images d'enfant et ce qu'ils subissent , il y a les enfants de la guerre , il y a aussi les enfants asiatique et chinois (esclaves ) de multinationale esclavage qui sert à la fabrication de fanfreluches que les bons penseurs raffolent ici dans notre pays;;;;

    HeyBaal
    HeyBaal      (réponse à Résistance occitane)

    Ou qui fabriquent des ordinateurs que les donneurs de leçon utilisent.

Lire la suite des opinions (22)

Votre réponse
Postez un commentaire