En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Le Mauritanien Abderrahmane Sissako, ici avec Kessen Tall, est devenu vendredi le premier Africain à recevoir le César du meilleur réalisateur pour son film "Timbuktu".
 

"Timbuktu", le film du Mauritanien Abderrahmane Sissako a raflé la mise lors de la 40e édition des César vendredi soir au théâtre du Châtelet. Photos, coulisses, récompenses: revivez la cérémonie minute par minute.

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

3 opinions
  • al Azar
    al Azar     

    Pas d'amalgame, bien sur, les obscurantistes sanguinaires à l'oeuvre n'étaient pas de "bons musulmans" ! Hélas si, nul ne peut leur contester cette qualité éminente. Des salafo-wahabites payés par de vrais pays musulmans que sont le Qatar ou l'Arabie Mecquoise et Médinoise centre de l' islam !!!

  • onoff06
    onoff06     

    Encore de la propagande de gauche...

    Boz Ramboz
    Boz Ramboz      (réponse à onoff06)

    Juste à coté sur ce même site il y'a un article sur les Oscars, vous devriez trouver votre bonheur dans ce genre de cérémonies :
    "Le manque de représentativité des membres de l'Académie est un secret de Polichinelle. "Sur 6.000 membres, environ 93% sont blancs, 70% sont des hommes et leur âge moyen est de 63 ans", souligne Darnell Hunt, directeur du centre d'études afro-américaines de l'université de UCLA, et auteur d'un rapport sur le sujet. "On a donc ce club de gens qui ont tous une expérience particulière (de la vie) et une façon particulière d'appréhender les films", remarque-t-il, notant que cette démographie très endogène a peu de chances de mener à une pluralité de sujets dans les projets cinématographiques qui voient le jour."

  • pinocchio
    pinocchio     

    Super ces nominations pour un film qui nous replonge dans la réalité quotidienne..
    L e rôle du cinéma devrait être de faire rêver.
    Avec ce genre de film on a l'impression de regarder un journal télévisé

    Boz Ramboz
    Boz Ramboz      (réponse à pinocchio)

    Qui a décrété que le cinéma devait se limiter au divertissement bien gras et sans réflexion ?
    C'est pas interdit de créer des films engagés, des films documentaires ou dits docu-fiction, des films d'auteur, etc.
    Après si on préfère l'aseptisation qui va dans un seul sens il reste les Oscars ou plus simple encore se payer un DVD de Disney ou Marvel.

Votre réponse
Postez un commentaire