En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Enrico Macias, en novembre 2012 à Paris.
 

Un chercheur américain a écouté une à une les 1.500 cassettes audio retrouvées dans un camps où évoluait Oussama Ben Laden, à Kandahar, en Afghanistan. Au milieu de ce fatras de sermons, de discours et d'enregistrements de conversations, Flagg Miller est tombé… sur des chansons d'Enrico Macias.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

6 opinions
  • ex Sétois
    ex Sétois     

    Il avait des goûts douteux!

  • ex Sétois
    ex Sétois     

    Il avait bien des goûts douteux!

  • tribut
    tribut     

    Et alors? Il écoutait sans doute aussi du Mozart? On met Henrico et Amadeus à la poubelle?

    ex Sétois
    ex Sétois      (réponse à tribut)

    C'est certain dans 200 ans on parlera encore d'Enrico Macias!

  • Bâcha
    Bâcha      

    Et puis quoi encore ??!

  • MOA01
    MOA01     

    et alors?

  • Boz Ramboz
    Boz Ramboz     

    N'importe quoi, ça aurait été bien qu'il cite quelques uns des autres artistes découverts car malgré la pseudo explication sur les origines d'Enrico Macias, j'ai du mal à saisir la pertinence de ce constat.
    Évidemment que comme tous les gourous Ben Laden faisait probablement le contraire de ce qu'il ordonnait aux autres.
    Je suis sur que nombre de terroristes écoutent, visionnent ou lisent des trucs diamétralement opposés à leurs actions, là on salit plus Enrico Macias qu'autre chose.

    solos
    solos      (réponse à Boz Ramboz)

    ce relativisme est-il pertinent????

Votre réponse
Postez un commentaire