En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Jean-Vincent Placé, secrétaire d'Etat à la réforme de l'Etat, à son arrivée le 18 février à Matignon à Paris
 

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

6 opinions
  • pintre
    pintre     

    Non, "moi je" veux un débat Aubry-Valls.
    N B: "moi je" ce n'est pas Hollande, c'est bien moi.

  • ocean
    ocean     

    rien que pour lui , je ne voterais jamais pour le parti qu ' il représente , pauvre HOLLANDE il est tombé bien bas en nommant cet arriviste dans son governement

  • calimero81
    calimero81     

    bonjour modérateur !!!

    qu'est ce qu'on s'amuse !!
    puis je dire au sujet de Mr Placé, qu'a force de compromis on fini par y voir des opportunistes sans convictions ?

    merci modérateur de laisser ce petit message non discriminatoire ... enfin je crois.

  • spid
    spid     

    quelle belle tète de gagnant,avec tout le fric des pv qu il avait jamais payer et ses critiques envers celui ci,le voila au gvt,pas fou le valls et son collègue,ils font entrer les inutile des écolos afin de limiter les ennemis pour 2017,je pari que avant le premier tour,ses apprentis écolos auront quitter ce gvt,juste le temps de toucher une petite retraite d ancien ministre et secrétaires d état,de quoi arrondir les fins de mois pour l après 2017,quand la gauche va disparaitre pour l eternite

  • grognon
    grognon     

    Placé, désormais ministre, prend de la hauteur ....

  • L'imprécateur
    L'imprécateur     

    De quelle réussite peut se targuer la "dame des 35 heures"

    En 1979, pour se positionner avant le 23e congrès de son parti, Georges Marchais signe un article dans L'Humanité. Il y vante le « bilan globalement positif » de l'URSS. À peine moins dogmatique que l'ancien secrétaire général du PCF, Martine Aubry, elle, ne peut pas en dire autant de sa propre action politique. Celle qui vient de tirer à vue sur la gauche de gouvernement dans une tribune publiée par Le Monde , qui se réclame de la « gauche moderne », qui revendique une « vision d'avenir » pour le pays est une mauvaise camarade dans tous les sens du terme. D'une part, elle se montre pour le moins inamicale envers le président de la République, absent au moment de la charge, et le gouvernement. D'autre part, et surtout, de quelles formidables réussites, de quelles réformes fécondes peut-elle exciper pour donner ainsi des leçons d'un ton sentencieux ?
    Si l'ancienne ministre de Lionel Jospin reste dans l'histoire politique française, ce qui n'est pas certain, ce sera pour sa loi calamiteuse sur les 35 heures, dont il semble aussi difficile de se défaire, pour tous les gouvernements qui se sont succédé depuis, que du sparadrap du capitaine Haddock. Mais, pour elle, comme elle l'a répété jeudi matin sur RTL, c'est une avancée exceptionnelle pour tout le monde, à commencer par les chefs d'entreprise auxquels elle aurait apporté de la flexibilité !
    Quel palmarès !
    Pour le reste, Martine Aubry a été une première secrétaire du PS élue dans des conditions si troubles que certains continuent de s'interroger sur cette victoire au forceps. Ses quatre ans passés rue de Solférino, où elle a succédé à François Hollande, n'ont pas laissé un souvenir impérissable.
    Mais ce n'est rien en comparaison avec ses échecs répétés dans le Nord, bastion historique du PS qu'elle n'a pas su préserver. En 2002, elle perd aux législatives dans ce département, une défaite qui la fait pleurer. Elle se replie sur la mairie de Lille, que Pierre Mauroy lui a léguée l'année précédente. Au bout de deux mandats, elle est tout juste réélue en 2014. Mais, dans la foulée, elle perd la communauté urbaine qui se trouvait dans le giron de la gauche depuis 1967 ! Quel palmarès !
    Quand elle était ministre, « nuls » était le qualificatif qu'elle employait le plus souvent pour qualifier ses collaborateurs comme certains de ses collègues. Certains, aujourd'hui, ont bien envie de lui retourner le compliment.
    Désertion aux dernières Régionales, courage fuyons !

    CENSURONS LA CENSURE
















































































































































































































    .

    calimero81
    calimero81      (réponse à L'imprécateur)

    bonjour modérateur !!!

    qu'est ce qu'on s'amuse !!
    puis je dire au sujet de Mr Placé, qu'a force de compromis on fini par y voir des opportunistes sans convictions ?

    merci modérateur de laisser ce petit message non discriminatoire ... enfin je crois.

Votre réponse
Postez un commentaire