En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, le 12 septembre 2015 à Paris
 

Inscrivez-vous à la Newsletter BFMTV Midi

Newsletter BFMTV Midi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

29 opinions
  • spid
    spid     

    a chaque événement une déclaration de cazeneuve,valls,et toujours a quelques mois après,alors que la gauche arrive a mobiliser 30.000 policiers pendant le temps de la cop21,qui va couter du fric et servira a pas grand chose,juste a faire plaisir a moi je président qui nous sert a rien,a trois semaines des élections il faut pas traumatiser les soit disant soutiens de la gauche dans les cites pourries,ce qui et sur c est que nous électeurs de France ont va s en rappeler en décembre,et la sanction va tomber de suite,et pas dans plusieurs semaines après,un avant gout de 2017,ou la ils vont le sentir passer grave a gauche,adieu les bons petits chèques et avantages,et bonjours les convocation de la justice pour tout ceux qui auront magouilles pendant 5ans en toute impunité,et en s acharnant sur les partis d opposition,

  • skaia64
    skaia64     

    Aie aie aie ; ça va faire mal avec le trio VALLS/CAZENEUVE/TAUBIRA, les voyous sont déjà morts de trouille !!

  • Calispera
    Calispera     

    Virer ceux qui s’en servent réglerait la question

  • Dan24
    Dan24     

    Socialisme, annonce de plan sur annonce de plan...
    La véritable annonce efficace socialiste serait l'annonce de leurs départs de la tête de l'état

  • HeyBaal
    HeyBaal     

    Les islamistes attaquent la France, les socialistes espionnent l'internet des Français.
    Des bandits s’entre-tuent, les socialistes menacent les détenteurs légaux.
    Vous les avez voulu, vous les avez maintenant.
    Enjoy.

  • Le Général
    Le Général     

    Ce sont les chasseurs et les tireurs sportifs qu'il va agresser pour démontrer son autorité virtuelle avec l'appui des média. Objectif: Désarmer les français de souche.

    HeyBaal
    HeyBaal      (réponse à Le Général)

    LOL
    Donc il n'y a pas de tireur ou chasseur qui ne sont pas français de souche...
    Comme quoi usurper le pseudonyme d'un grand homme n'empêche pas d'être un âne.

  • mirabelle57
    mirabelle57     

    pauvre mr Cazeneuve,les truants et trafiquants n'attendent pas sur vous,ce que vous voulez surtout c'est de pénaliser les chasseurs,qui pourtant leurs armes sont déclarées.

    Le Général
    Le Général      (réponse à mirabelle57)

    Entièrement d"accord, je suis censuré.

  • Le Général
    Le Général     

    Attention: La censure est là !!

  • bourbon-one
    bourbon-one     

    our les gaucho qui censure
    :::
    -Deux militantes Femen ont fait irruption, samedi soir, sur la scène du Salon musulman du Val-d'Oise, à Pontoise, alors que deux hommes considérés comme des prédicateurs fondamentalistes s'exprimaient à la tribune. Elles ont été évacuées sans ménagement, avant d'être livrées à la police.

    Evacuées sans ménagement. Deux militantes du mouvement féministe Femen ont perturbé samedi soir un salon consacré à la femme musulmane à Pontoise (Val-d'Oise), en faisant irruption sur la scène où se tenait une conférence, vêtues de djellabas qu'elles ont ensuite retiré pour dévoiler des slogans peints sur leurs seins et leur dos. Elles ont été rapidement évacuées de l'estrade, sans ménagement.


    A Lire : Le salon musulman du Val d’Oise, qui met "la femme à l'honneur", fait polémique
    Livrées à la police

    Peu avant la fermeture du salon, vers 20h30, "deux Femen sont montées sur la scène, habillées de djellabas qu'elles ont enlevées avant d'être prises en charge par le service de sécurité du salon et remises à la police", a indiqué une source policière.

    Les deux femmes ont été "entendues samedi soir" et "nous allons poursuivre l'enquête et les auditions pour savoir ce qui s'est passé", a indiqué le parquet de Pontoise, précisant que leur garde à vue avait été "levée dans la nuit" et que les organisateurs du salon avaient annoncé leur intention de déposer plainte.

    Slogans en arabe et en français

    D'après une vidéo postée sur Twitter, les deux militantes, vêtues d'une abaya noire, ont fait irruption à la tribune où parlaient deux hommes en qamis blanc, dans le cadre de la troisième édition de ce "Salon au féminin" qui se tient samedi et dimanche au parc des expositions de Pontoise, au nord de Paris, et qui se trouve au coeur d'une polémique.

    Les "deux imams étaient en train de parler de la question de savoir s'il faut battre ou non sa femme", quand les deux militantes âgées de 25 et 31 ans, sont montées sur la scène, a raconté Inna Shevchenko, porte-parole des Femen à Paris.

    Elles ont crié, en arabe et en français, des slogans qui étaient également peints sur leurs seins et leur dos: "personne ne soumet, personne ne me possède, je suis mon propre prophète", a-t-elle ajouté, précisant que les deux jeunes femmes étaient d'origine algérienne et tunisienne. Des photos de leur intervention ont été postées sur Twitter.


    Evacuation violente

    Aussitôt, des "sales putes, il faut les tuer" ont fusé dans la salle et une "quinzaine d'hommes ont sauté sur la scène et leur sont tombées dessus", a poursuivi Inna Shevchenko, reconnaissante à l'égard de la police qui est intervenue très vite pour les protéger.

    Une vidéo postée sur Internet montre en effet la violence de l'évacuation des deux jeunes femmes, qui semblent recevoir plusieurs coups de pied.



    Un salon controversé

    Avant sa tenue, une pétition réclamant l'interdiction de la tenue de ce salon controversé avait recueilli près de 6.000 signatures sur le site change.org.

    L'initiateur de la pétition dénonçait la présence parmi les invités de "prédicateurs fondamentalistes tels que Nader Abou Anas, connu pour avoir légitimé le viol conjugal et plus largement la soumission de la femme".

    HeyBaal
    HeyBaal      (réponse à bourbon-one)

    Peut être que si t'arrêtais de polluer les commentaires avec tes copier coller puérils et hors sujets il en serait autrement ...

    Boz Ramboz
    Boz Ramboz      (réponse à bourbon-one)

    Ouais mais là dans ta campagne anti censure, tu nous censures bien plus que les modos avec tes pavés hors-sujets.
    Je ne comprendrai jamais ces gens qui hurlent à la censure tout en faisant n'importe quoi et en censurant les autres intervenants avec leurs pavés et leurs copié-collés à répétition.
    Pour le coup le gaucho qui censure c'est bel et bien toi connard.

    Le Général
    Le Général      (réponse à Boz Ramboz)

    Malheureux à dire: Mais ce sont elles qui ont des couilles.

  • bourbon-one
    bourbon-one     

    our les gaucho qui censure
    :::
    -Deux militantes Femen ont fait irruption, samedi soir, sur la scène du Salon musulman du Val-d'Oise, à Pontoise, alors que deux hommes considérés comme des prédicateurs fondamentalistes s'exprimaient à la tribune. Elles ont été évacuées sans ménagement, avant d'être livrées à la police.

    Evacuées sans ménagement. Deux militantes du mouvement féministe Femen ont perturbé samedi soir un salon consacré à la femme musulmane à Pontoise (Val-d'Oise), en faisant irruption sur la scène où se tenait une conférence, vêtues de djellabas qu'elles ont ensuite retiré pour dévoiler des slogans peints sur leurs seins et leur dos. Elles ont été rapidement évacuées de l'estrade, sans ménagement.


    A Lire : Le salon musulman du Val d’Oise, qui met "la femme à l'honneur", fait polémique
    Livrées à la police

    Peu avant la fermeture du salon, vers 20h30, "deux Femen sont montées sur la scène, habillées de djellabas qu'elles ont enlevées avant d'être prises en charge par le service de sécurité du salon et remises à la police", a indiqué une source policière.

    Les deux femmes ont été "entendues samedi soir" et "nous allons poursuivre l'enquête et les auditions pour savoir ce qui s'est passé", a indiqué le parquet de Pontoise, précisant que leur garde à vue avait été "levée dans la nuit" et que les organisateurs du salon avaient annoncé leur intention de déposer plainte.

    Slogans en arabe et en français

    D'après une vidéo postée sur Twitter, les deux militantes, vêtues d'une abaya noire, ont fait irruption à la tribune où parlaient deux hommes en qamis blanc, dans le cadre de la troisième édition de ce "Salon au féminin" qui se tient samedi et dimanche au parc des expositions de Pontoise, au nord de Paris, et qui se trouve au coeur d'une polémique.

    Les "deux imams étaient en train de parler de la question de savoir s'il faut battre ou non sa femme", quand les deux militantes âgées de 25 et 31 ans, sont montées sur la scène, a raconté Inna Shevchenko, porte-parole des Femen à Paris.

    Elles ont crié, en arabe et en français, des slogans qui étaient également peints sur leurs seins et leur dos: "personne ne soumet, personne ne me possède, je suis mon propre prophète", a-t-elle ajouté, précisant que les deux jeunes femmes étaient d'origine algérienne et tunisienne. Des photos de leur intervention ont été postées sur Twitter.


    Evacuation violente

    Aussitôt, des "sales putes, il faut les tuer" ont fusé dans la salle et une "quinzaine d'hommes ont sauté sur la scène et leur sont tombées dessus", a poursuivi Inna Shevchenko, reconnaissante à l'égard de la police qui est intervenue très vite pour les protéger.

    Une vidéo postée sur Internet montre en effet la violence de l'évacuation des deux jeunes femmes, qui semblent recevoir plusieurs coups de pied.



    Un salon controversé

    Avant sa tenue, une pétition réclamant l'interdiction de la tenue de ce salon controversé avait recueilli près de 6.000 signatures sur le site change.org.

    L'initiateur de la pétition dénonçait la présence parmi les invités de "prédicateurs fondamentalistes tels que Nader Abou Anas, connu pour avoir légitimé le viol conjugal et plus largement la soumission de la femme".

    Boz Ramboz
    Boz Ramboz      (réponse à bourbon-one)

    Ouais mais là dans ta campagne anti censure, tu nous censures bien plus que les modos avec tes pavés hors-sujets.
    Je ne comprendrai jamais ces gens qui hurlent à la censure tout en faisant n'importe quoi et en censurant les autres intervenants avec leurs pavés et leurs copié-collés à répétition.
    Pour le coup le gaucho qui censure c'est bel et bien toi connard.

Lire la suite des opinions (29)

Votre réponse
Postez un commentaire