En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Déchéance de nationalité: Urvoas croit à une majorité de gauche pour le projet de loi

Le nouveau ministre de la Justice, Jean-Jacques Urvoas à l'Assemblée nationale, le 3 février 2016 à Paris
 

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

8 opinions
  • LILLOIS
    LILLOIS     

    majorité de gauche,elle est ou,chacun s'acharne à démolir le voisin

  • al Azar
    al Azar     

    DOUBLE NATIONALITE
    Jusqu'où est-elle acceptable ?

    Et si nous avions un (ou une...) Président de la République
    ayant une "double nationalité" par exemple :
    Russe, Marocaine, Américaine, Malienne, Turque....etc,
    La question se poserait-elle alors ?

    La question mérite-t-elle une censure discrétionnaire liberticide par la radio de la libre expression ?

  • al Azar
    al Azar     

    ILS ONT MOINS DE SCRUPULES EN ALGERIE

    Selon la nouvelle Constitution qui doit être votée dimanche, les détenteurs de plusieurs nationalités ne pourront plus avoir accès aux hautes fonctions de l'État algérien.
    «Les autorités n'ont rien trouvé de mieux pour écarter toute compétence susceptible de dévoiler leur médiocrité dans la gestion des affaires courantes du pays!» Si l'ex-candidat à l'élection présidentielle de 2014, le Franco-Algérien Kamal Benkoussa, compte à nouveau se présenter, il devra renoncer à sa nationalité française. Ainsi en a décidé le président Bouteflika.
    Ahmed Ouyahia, directeur de cabinet de la présidence de la République et ex-premier ministre Algérien, a déclaré (fin janvier):
    «Ce qui est demandé à ces Algériens binationaux, c'est de renoncer à leur autre nationalité pour devenir ministre, ambassadeur ou wali. Ceux qui voudraient servir ou représenter l'Algérie à de très hauts niveaux de responsabilités, ne doivent avoir de loyauté qu'envers elle et doivent être dégagés de tout lien avec une puissance étrangère.»

  • al Azar
    al Azar     

    ILS ONT MOINS DE SCRUPULES EN ALGERIE

    Selon la nouvelle Constitution qui doit être votée dimanche, les détenteurs de plusieurs nationalités ne pourront plus avoir accès aux hautes fonctions de l'État algérien.
    «Les autorités n'ont rien trouvé de mieux pour écarter toute compétence susceptible de dévoiler leur médiocrité dans la gestion des affaires courantes du pays!» Si l'ex-candidat à l'élection présidentielle de 2014, le Franco-Algérien Kamal Benkoussa, compte à nouveau se présenter, il devra renoncer à sa nationalité française. Ainsi en a décidé le président Bouteflika.
    Ahmed Ouyahia, directeur de cabinet de la présidence de la République et ex-premier ministre Algérien, a déclaré (fin janvier):
    «Ce qui est demandé à ces Algériens binationaux, c'est de renoncer à leur autre nationalité pour devenir ministre, ambassadeur ou wali. Ceux qui voudraient servir ou représenter l'Algérie à de très hauts niveaux de responsabilités, ne doivent avoir de loyauté qu'envers elle et doivent être dégagés de tout lien avec une puissance étrangère.»

  • al Azar
    al Azar     

    ILS ONT MOINS DE SCRUPULES EN ALGERIE

    Selon la nouvelle Constitution qui doit être votée dimanche, les détenteurs de plusieurs nationalités ne pourront plus avoir accès aux hautes fonctions de l'État algérien.
    «Les autorités n'ont rien trouvé de mieux pour écarter toute compétence susceptible de dévoiler leur médiocrité dans la gestion des affaires courantes du pays!» Si l'ex-candidat à l'élection présidentielle de 2014, le Franco-Algérien Kamal Benkoussa, compte à nouveau se présenter, il devra renoncer à sa nationalité française. Ainsi en a décidé le président Bouteflika.
    Ahmed Ouyahia, directeur de cabinet de la présidence de la République et ex-premier ministre Algérien, a déclaré (fin janvier):
    «Ce qui est demandé à ces Algériens binationaux, c'est de renoncer à leur autre nationalité pour devenir ministre, ambassadeur ou wali. Ceux qui voudraient servir ou représenter l'Algérie à de très hauts niveaux de responsabilités, ne doivent avoir de loyauté qu'envers elle et doivent être dégagés de tout lien avec une puissance étrangère.»

  • al Azar
    al Azar     

    ILS ONT MOINS DE SCRUPULES EN ALGERIE

    Selon la nouvelle Constitution qui doit être votée dimanche, les détenteurs de plusieurs nationalités ne pourront plus avoir accès aux hautes fonctions de l'État algérien.
    «Les autorités n'ont rien trouvé de mieux pour écarter toute compétence susceptible de dévoiler leur médiocrité dans la gestion des affaires courantes du pays!» Si l'ex-candidat à l'élection présidentielle de 2014, le Franco-Algérien Kamal Benkoussa, compte à nouveau se présenter, il devra renoncer à sa nationalité française. Ainsi en a décidé le président Bouteflika.
    Ahmed Ouyahia, directeur de cabinet de la présidence de la République et ex-premier ministre Algérien, a déclaré (fin janvier):
    «Ce qui est demandé à ces Algériens binationaux, c'est de renoncer à leur autre nationalité pour devenir ministre, ambassadeur ou wali. Ceux qui voudraient servir ou représenter l'Algérie à de très hauts niveaux de responsabilités, ne doivent avoir de loyauté qu'envers elle et doivent être dégagés de tout lien avec une puissance étrangère.»

  • MANENTIAL
    MANENTIAL      

    ah, ils sont de gauche les 200 députées signataire de soutient a la retraite a 67 ans (pour la generation après 1974) de 2014 ?
    ces chats rose avec de couronnes de lys sur la tètes manifester en 2010 pour le maintient de la retraite a 60 ans

  • MANENTIAL
    MANENTIAL      

    ah, ils sont de gauche les 200 députées signataire de soutient a la retraite a 67 ans (pour la generation après 1974) de 2014 ?
    ces chats rose avec de courones de lys sur la tetes manifester en 2010 pour le m

Votre réponse
Postez un commentaire