En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Hommage aux victimes de Charlie Hebdo le 7 février 2015 devant le siège de l'hebdomadaire satirique
 

En réponse à l'interminable débat sur la déchéance de nationalité déchaînant les passions entre la droite et la gauche, la presse française a qualifié la réforme symbolique, "d'inutile confusion".

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

2 opinions
  • ninette2012
    ninette2012     

    "Il ne reste que quelques mois au pouvoir en place pour laisser de côté les mesures symboliques", presse dans la Charente libre Jean-Louis Hervois, "juste le temps de mettre en place les plans pour l’emploi, l’apprentissage et la sécurité qu’il n’a cessé d'annoncer pour les renvoyer à plus tard".
    Bien sûr qu'il faudrait s'occuper de telles mesures, pour permettre aux millions de jeunes qui NE sont pas des terroristes en puissance, eux, de préparer leur avenir. Mais hélas pour eux, ils n'intéressent pas les élites.

  • ninette2012
    ninette2012     

    Comment peut-on perdre autant d'énergie à discourir sur une mesure qui somme toute peut sembler naturelle contre des gens, les terroristes, ayant pris les armes contre leur pays ? Marre de ces politiques et de ces élites qui coupent les cheveux en quatre. Et marre aussi de tout le tralala qui est fait autour de ces pauvres "jeunes gens" et "jeunes femmes" partis faire le djihad. Nous sommes devenus une société d'angéliques prête à tout excuser : les pires bassesses, les trahisons, les assassinats. Je suis en colère contre les terroristes et je ne les excuse pas. Et personne ne pourra me convaincre que ce sont des victimes. Arrêtons la victimisation. Ceux qui sont là-bas, pourquoi veut-on qu'ils reviennent ? Et ceux qui veulent partir, pourquoi voulons-nous les retenir ?

Votre réponse
Postez un commentaire