En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Boues rouges: Marine Le Pen livre sa vision d'une "véritable écologie"

Le site de l'usine Altéo de Gardanne (Bouches-du-Rhône), le 21 septembre 2016
 

Très discrète sur son agenda de l'entre-deux tours, la candidate du FN a rendu une visite surprise devant l'usine Altéo de Gardanne, dans les Bouches-du-Rhône, accusée de déverser des "boues rouges" polluantes depuis près de 50 ans dans la Méditerranée.

Newsletter BFMTV Midi

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

5 opinions
  • Bajul
    Bajul     

    Le problème est simple c'est "boues rouges à la mer " ou "on ferme l'usine " !!! Alors depuis longtemps on aurait dû étudier le problème pour décontaminer ou dépolluer ces boues rouges mais visiblement ça ne gênait personne de continuer ......

  • Jean Jam
    Jean Jam     

    ...elle se déplace sur le terrain pour faire croire qu'elle va prendre le problème personnellement en main, qu'elle en fait vraiment un problème personnel...tout le charabia habituel...

  • Jean Jam
    Jean Jam     

    "l'Etat stratège", nouvelle formule, nouveau mantra...qui a pour but de noyer les problèmes dans une rhétorique bavarde...mais concrètement on fait quoi ? on ferme l'unité de production, on délocalise, on continue à polluer....?

  • mirabelle57
    mirabelle57     

    Ce problème doit être réglé avec la direction de l'usine et les politiques du secteur,ne pas oublier que Valls avait donné son accord pour la continuation du maintient de l'usine.

  • skaia64
    skaia64     

    Mme LE PEN parviendrait elle à résoudre le grave problème de Gardanne là où tous les autres, y compris les socialistes/écologistes ont lamentablement échoué ? Après tout, pourquoi pas ; il est permis de le penser.

Votre réponse
Postez un commentaire